association renaissance
des personnes traumatisées crâniennes

Formation aux intervenants

En collaboration avec le Centre de réadaptation en déficience physique Le Parcours, l'Association Renaissance coanime une formation spécifique destinée aux intervenants oeuvrant dans des organismes communautaires ou dans le réseau public qui sont suceptibles d'offrir des services aux personnes traumatisées craniocérébrales.

 

Formations à l'accueil de personnes handicapées

L'Association Renaissance participe à la formation à l'accueil de personnes handicapées offerte par le Groupement des organismes communautaires de Saguenay. 

 

Ateliers pour futurs intervenants

L'Association Renaissance offre un atelier de sensibilisation à la cause destiné aux intervenants en formation. Cet atelier inclus les notions de base pour maintenir les acquis.

 

Kiosques

L'Association Renaissance a développé des concepts pour l'animation de kiosques de sensibilisation aux réalités des personnes traumatisées craniocérébrales. Des intervenants se déplacent dans des évènements.

Qu'est-ce que le traumatisme craniocérébral

C'est un traumatisme causant une destruction ou une dysfonction du système nerveux intracrânien. Il s'accompagne habituellement d'une histoire documentée d'un coup direct ou indirect àla tête causant des lésions au cerveau. Ce coup peut se faire dans divers contextes : au travail, lors d'une activité sportive, lors d'un accident de la route ou lors d'une agression physique.

 

Témoignages

Éric

Guillaume

Capsule 1

Capsule 2

Capsule 3

<

Les actions de prévention des traumatismes craniocérébraux dans les centres de skis…Coupées!

Saguenay, le 29 avril 2015 – « Ce ne sera pas nécessaire de nous remettre votre plan opérationnel révisé, votre projet fait partie des coupes du ministre Barrette ! ». C’est ce que Jonathan Jean-Vézina, directeur de l’Association s’est vu répondre lundi après-midi lorsqu’il a posé une question sur le formulaire. « Avons-nous manqué un communiqué car nous croyions que le ministre souhaitait couper dans la bureaucratie et non pas dans les services à la population? Il avait été clair que les services communautaires ne doivent pas être touchés. », exprime-t-il dans sa lettre de reddition de compte du projet. « C’était impératif en 2010 pour la Direction régionale de la santé publique d’agir afin de réduire le taux d’incidence en matière de traumatismes craniocérébraux dans la région et maintenant… »