Imprimer
Catégorie : Médias

Les actions de prévention des traumatismes craniocérébraux dans les centres de skis…Coupées!

Saguenay, le 29 avril 2015 – « Ce ne sera pas nécessaire de nous remettre votre plan opérationnel révisé, votre projet fait partie des coupes du ministre Barrette ! ». C’est ce que Jonathan Jean-Vézina, directeur de l’Association s’est vu répondre lundi après-midi lorsqu’il a posé une question sur le formulaire. « Avons-nous manqué un communiqué car nous croyions que le ministre souhaitait couper dans la bureaucratie et non pas dans les services à la population? Il avait été clair que les services communautaires ne doivent pas être touchés. », exprime-t-il dans sa lettre de reddition de compte du projet. « C’était impératif en 2010 pour la Direction régionale de la santé publique d’agir afin de réduire le taux d’incidence en matière de traumatismes craniocérébraux dans la région et maintenant… »

La prévention de proximité au premier rang et les résultats sont réels

À la demande de la Direction de la santé publique, et ce sans augmentation du financement, l’organisme venait de compléter une enquête-échantillon pour évaluer le taux de port du casque dans la région lors de la saison 2014-2015. « Nous avons rencontré 1 700 skieurs pour notre enquête et nous sommes en mesure de démontrer que 85.8 % de ceux-ci portaient fièrement leur casque », raconte Kim Laliberté, éducatrice responsable du projet. Selon Moncasque.ca le taux du port du casque dans les stations de ski alpin du Québec est de 63.9%. On peut réellement en déduire que les actions de prévention dans la région portent fruits et que l’abolition de celles-ci pourrait faire chuter ce taux de réussite.

Se faire un nom et être reconnu par les entreprises de la région

Depuis la création du projet en 2010, l’Association fait des miracles avec leur 9 261$ non indexé. Ils ont contaminé les entreprises privées et publiques de la région impliquant les stations et clubs, les concessions de location et deux partenaires majeurs soit l’Organisation de la patrouille canadienne de ski et la compagnie Louis Garneau. Tous ont maintenant un discours commun; même s’il n’est pas toujours obligatoire, le casque sauve des vies. Des liens qui viennent d’être dénoués car on le sait, la prévention c’est efficace, peu importe la cause, et c’est la répétition d’un message. L’Association était le fil conducteur qui reliait tous les acteurs. Un proverbe africain nous enseigne que Seul on va plus vite et ensemble on va plus loin.

Assez important pour nommer le projet pour un prix d’excellence et maintenant il n’est plus prioritaire ?

En 2013, le projet « Prévention des traumatismes dans les clubs et centres de ski » a été appuyé par l’Agence de santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour un prix d’excellence du réseau de la santé et services sociaux. Le projet a bravé les trois différents comités d’analyse pour se hisser en final, jusqu’au comité ministériel. Par ses actions et ses résultats, le projet de l’Association régionale s’est vu mériter une place devant des dizaines de beaux projets de l’ensemble de la province. « Nous étions déjà fiers de notre implication dans la communauté, mais encore plus avec cette reconnaissance du réseau de la santé » explique Éliane Martel, présidente du conseil d’administration. « 9 261$ pour la Direction de la santé publique ce n’est même pas 1% de ce qu’ils souhaitent couper dans la région mais pour la région c’est 100 % du seul projet régional visant la prévention dans les sports de glisse ».

Le projet « Prévention des traumatismes dans les clubs et centres de ski c’était…

L’Association Renaissance des personnes traumatisées crâniennes est l’organisme offrant des services aux personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral ainsi qu’à leurs proches au Saguenay – Lac-Saint-Jean. L’Association est désignée par le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean comme étant la plus habilitée dans les mesures de soutien, de maintien des acquis et d’intégration sociale des victimes d’un traumatisme craniocérébral. De plus, elle fait partie intégrante du réseau de continuum de soins et de services intégrés en traumatologie dont s’est doté le Ministère de la santé et des services sociaux du Québec.

- 30 –

Source :

Jonathan Jean-Vézina, directeur
Association Renaissance des personnes traumatisées crâniennes
418-548-9366 poste 24
direction@arptc.org